Dr. Beat Richner, Kantha Bopha Children's Hospitals
Phnom Penh, Siem Reap/Angkor, le 11.3.2002
 
Du chloramphénicol pour les enfants des pays pauvres
 
Production de chloramphénicol interdite en Chine
La production de chloramphénicol a été suspendue en Chine. La vente de poulets en Europe et notamment en Suisse était en jeu. Les traces de chloramphénicol découvertes dans la viande de poulet et le miel sont un danger pour l'homme. Les effets secondaires mortels du chloramphénicol sont l'aplasie médullaire, le risque de leucémie multiplié par 13, et des anémies irréversibles. Dans l'Union européenne, l'usage du chloramphénicol dans la production alimentaire est interdite depuis 1994.
 
Recommandé par l'OMS pour les enfants des pays pauvres
Le chloramphénicol continue d'être recommandé par l'OMS (Organisation mondiale de la santé, appartenant à l'ONU) et l'Unicef (qui gère notamment la pharmacie centrale de Copenhague, responsable de toutes les opérations médicales de l'ONU) pour le traitement d'infections graves chez les enfants.
 
Plus dangereux dans les pays pauvres et tropicaux qu'en Occident
La métabolisation, l'élimination du chloramphénicol s'effectue dans le foie. Certaines maladies graves et fréquentes comme la tuberculose, la fièvre dengue, le paludisme, le typhus et les hépatites virales attaquent très souvent le foie des enfants des pays tropicaux, d'où le risque mortel beaucoup plus grave qu'en Occident dû au chloramphénicol. Dans les trois hôpitaux Kantha Bopha, où sont hospitalisés 85 % des enfants cambodgiens qu'il faut hospitaliser, nous voyons chaque semaine des enfants souffrir de ces effets secondaires, perdre leur sang et finalement mourir. Le chloramphénicol continue d'être recommandé pour les pays pauvres et administré en quantités massives. Par les médecins de familles, les vendeurs de médicaments, mais aussi les organisations humanitaires qui suivent les directives de l'OMS.
 
Un traitement inefficace
A cela s'ajoute que le chloramphénicol est inefficace au Cambodge et sans doute aussi dans d'autres pays (bien souvent, malheureusement, les laboratoires batériologiques permettant de le démontrer y font défaut). 100% des virus du typhus, 75% des virus de l'hémophilie et plus de 50% des méningocoques résistent à ce médicament.
 
Recommandé pour les enfants pauvres parce que bon marché
Le chloramphénicol est cependant recommandé et utilisé parce qu'il est bon marché. Unicef Suisse continue de préconiser son usage si l'on en croit de récents courriers et communiqués de presse. Le Ministère public devrait intervenir. Mais il ne fait rien: les victimes sont des enfants des pays pauvres et non les consommateurs de poulet du monde "civilisé".
 
Une seule option possible: le ceftriaxon, un médicament coûteux
A la place du chloramphénicol, nous utilisons, dans les hôpitaux Kantha Bopha, le seul traitement autorisé et efficace chez les enfants: le ceftriaxon. Ce médicament coûte 23 fois plus cher que le chloramphénicol. C'est un luxe, comme continuent de le dire les experts et l'OMS. Et c'est pourquoi la pharmacie centrale de l'Unicef persiste à stocker le chloramphénicol, dont la production en quantités massives est toujours financée à l'échelle mondiale. Il est produit en grandes quantités en France et la licence de fabrication est également accordée à de nombreux pays pauvres.
 
OMS et Unicef inattaquables: les gouvernements occidentaux doivent endosser la responsabilité
En 1999, nous avons intenté une action à La Haye contre l'OMS, l'Unicef ainsi que les organisations et institutions qui suivent les protocoles de traitement de l'OMS. L'un des griefs était le recours au chloramphénicol pour les enfants. En vain. L'ONU en tant que telle est inattaquable. Elle n'assume aucune responsabilité. Celle-ci appartient aux ministres de la santé des gouvernements des pays riches qui composent l'ONU. Pour ces ministres de la santé, apparemment, ce qui est interdit pour les poulets destinés à l'Occident, même en Chine, est encore assez bon pour les enfants des pays pauvres…
 
Continuez à nous aider pour que les enfants bénéficient de soins corrects et efficaces dans les hôpitaux Kantha Bopha. Cela coûte cher. L'hospitalisation moyenne (sur les 42 000 hospitalisations annuelles) dure 5 jours et coûte 226 USD. 80 % de ces enfants ne survivraient pas sans ces 226 USD. Chaque contribution aide à guérir, à sauver et à prévenir.
Nous vous en remercions.
 
Dr. Beat Richner, PC 80 &endash; 60 699-1

Present

History

Foundation

Academy

Concerts & Events

Publications

Info Material

Home

Donations - Spenden

contact: Email